jeudi 28 avril 2016

Encore une "dulcinée" qui a repoussé "des avances" + pétition

par quoi commencer ? 

Peut-être par l'urgence d'une pétition de soutien à Carole Elicha-Giraud dont la fille a été "suicidée" par son conjoint violent, horreur et au bout injustice et impunité contre lesquelles se bat la mère... Rappel de l'affaire ICI et PÉTITION à signer ici et à partager sur vos réseaux. 
Je vais reciter Andrea Dworkin dans "Pouvoir et violence sexiste" - "Dans chaque acte de brutalité à notre égard, ce que nous voyons c'est un lâche. Le mari qui bat sa femme a besoin du soutien de l'État pour continuer. Et il l'obtient... - "Les tribunaux ne commettent pas de gestes politiques contre les femmes, non, lorsqu'ils sont organisés pour appuyer les violeurs et les batteurs de femmes... Cela n'est pas politique... Rien de ce qui nous est arrivé par le passé n'est politique..."

Ensuite mon écoeurement (je ne dois pas être la seule...) devant le rendu médiatique de l'affaire du meurtre de la jeune Alexia... avec des journaux (France Info ce soir et tous les médias chorus) "c'est parce qu'elle a repoussé les avances du lycéen que..." Ouf on tient LA coupable et le motif... Imprudente jeune fille qui a osé dire "non"...
"des avances" c'est étrange comme les journalistes choisissent des mots désuets, l'air de pas y toucher hein... alors que la réalité c'est une fille de 15 ans frappée à coups de poing au visage, puis étranglée, puis poignardée, son cadavre laissé à pourir au point que sa mère n'a pas pu la voir à la morgue tellement le corps était dégradé... ces actes de barbarie camouflés sous "des avances" par "le lycéen" voire "un camarade"... De l'art de renverser la culpabilité et minimiser la violence ! Ne pas manquer le salutaire "les mots qui tuent" à voir ICI... qui collecte et dénonce le sexisme si ordinaire des médias. Les journalistes devraient avoir honte.

Et pour que ça évolue... ne pas oublier "Des mots pour le dire : petit lexique journalistique" pour informer de manière juste... à LIRE ICI... à garder en favoris... Encore faudrait-il que les journalistes veuillent que ça change... ce n'est visiblement pas le cas.