mardi 17 novembre 2015

Le gros mot est lâché...

 "Guerre"... ça y est, ce mot que je redoute le plus est prononcé... Dans l'escalade de la violence, les hommes ne vont pas louper une marche. Si la France est le pays des Droits de l'Homme elle est aussi celui de la production/vente d'armes... Ça tue les armes (cela semble idiot mais les gens sont toujours étonnés que les armes existent "en vrai" et de ce qu'elles font, enfant je n'ai vu qu'un corps avec ses cicatrices d'éclats d'obus, et plus tard un corps sans vie par arme à feu, c'était y'a longtemps mais ça marque)...

Les droits des femmes ne sont pas si évidents dans notre faussement "douce" France. Si les droits des femmes servaient de marqueur, nous n'en serions pas. La moindre parcelle d'égalité obtenue pour les femmes est toujours le fruit de mobilisations intenses des militantes parfois sur plusieurs générations. 
 
La vie publique tourne aujourd'hui autour du terrorisme et de sa réplique, la guerre, on ne voit donc plus que des hommes à la télé ou en armes... dans une escalade et une promesse de violences... Les femmes sont déjà gommées du paysage. Tout le monde semble d'accord... Je me sens mal. En tant que femme et féministe, j'ai cette impression que la paix n'est pas vraiment le but. Lorsque j'ai rencontré le féminisme militant j'y suis entrée notamment avec ce site-là... 

- Ce matin, j'ai lu un texte dans Les Échos dans lequel je me retrouve assez... ICI l'éternelle folie de la vengeance...

- Et aussi un court et bon texte de Florence Montreynaud, d'Encore féministes ! (La question du genre n'est absolument pas futile ni déplacée ! Les enfants et les femmes sont les premières victimes des conflits armés, guerres, religions extrêmes et déplacements de population, alors nous avons le droit de poser aussi les choses en ces termes-là !)
   
"Qui sont les victimes des attentats ? Des femmes et des hommes ; pourtant, les femmes disparaissent dans le masculin pluriel « des morts et des blessés».
Qui sont les experts qui débattent des attentats dans les medias ? Des hommes, presque uniquement.
Qui sont les auteurs des attentats ? Des hommes, entraînés par une idéologie machiste d’intolérance, de haine et de destruction, une idéologie qui veut imposer la suprématie masculine et la soumission féminine. Le 13 novembre, des hommes ont tué en masse. Chaque jour, le machisme tue. Le féminisme n’a jamais tué personne."


Adelphiquement*,
Florence Montreynaud


*« Adelphiquement » dérive d’« adelphité », notion groupant fraternité et sororité et qui pourrait remplacer la « fraternité » (sous-entendu «virile ») de la devise républicaine. En français, « soeur » et « frère » proviennent de deux mots différents. «Adelphité » est forme sur la racine grecque adelph- qui a donné les mots grecs signifiant « soeur » et « frère ». 

- Pas évident tout ça, une analyse sur un site féministe qui apporte un certain éclairage ICI...

- Un article en anglais de l'organisation pacifiste féministe Wilpf ICI...  
suivre les infos (en anglais) sur leur twitter ici...  
"Paris today, Beirut yesterday, Douma the day before... all part of the same conflict in which you and I, regardless of our faith or skin color, are much closer to each other than we are to our governments and opportunist ideologues driving the conflict."