lundi 2 mars 2015

Pierre Arditi : sur les planches ça va, en dehors...

Habituellement, je fais peu de note "de texte". Mais je lis ce matin que Pierre Arditi s'exprime sur DSK, après le procès du Carlon, il souhaite le retour de l'homme politique et déclare en prime : "Maintenant il va falloir nous expliquer comment il faut qu'on baise..." Faché, Monsieur Arditi...

Il y a quelques années, Pierre Arditi était simplement pour moi un célèbre homme de théâtre, au physique agréable, qui semblait politiquement à gauche et humaniste. En 2011, j'avais donc écouté sans a-priori sa présentation d'une émission de vulgarisation économique sur France 2 qui avait été très médiatisée. Il s'agissait de "Fric, krach et gueule de bois : le roman de la crise", magazine didactique résumant l'histoire économique depuis les années 1970, avec Pierre Arditi, Daniel Cohen et Erik Orsenna.

J'avais tiqué à l'écoute de la longue tirade de Pierre Arditi et la retranscription avait confirmé cette mauvaise impression (elle se trouve ICI avec ma courte analyse féministe et vaut le jus)... En résumé il nous avait servi une "introduction à l'économie" où la prostitution était la seule référence d'occupation féminine. En tant que femme je m'étais un peu étranglée.

Maintenant Pierre Arditi ("ami de longue date de DSK" d'après les médias) exprime publiquement sa conception singulière de la politique, de l'économie et de la liberté, la liberté d'hommes riches sur le corps des femmes y compris par la violence, euh pardon la "rudesse"...

Pierre Arditi, grâce à sa notoriété, se fait plus l'apôtre du libéralisme que de la liberté.
Mais bien sûr je ne suis pas "économiste" comme lui...
Au fait, il en reste quoi de l'économie de gauche ou de l'idée que je m'en faisais avec des vitrines comme ça ?!