mercredi 21 janvier 2015

mercredi sans Charlie... moche !

J'ai jamais aimé les mercredis... je sais pas pourquoi ; peut-être parce que je bossais même quand j'ai eu des enfants "enfants" et que ça m'énervait de devoir bosser ce jour-là...  mon seul truc bien le mercredi,  c'était justement de trouver Charlie Hebdo en rentrant, de l'ouvrir, avec un bon thé, du pain et du fromage. (mode 'my life', passe ton chemin si ça te gave ;o) Je commençais par tous les dessins, avec une préférence pour Cabu (larmes !!!)... et puis les chroniques de Gérard Biard, féministe anti-pub engagé aussi contre la prostitution, même avant de savoir qu'il l'était j'étais déjà d'accord avec tous ses articles et ça faisait du bien, dans l'océan de presse sexiste et publicitaire, de lire un truc pas si courant, dénoncer ce que la pub fait à l'image des femmes et qui influence la perception de toute la société, Pelloux (dont je me demandais déjà, à l'époque, comment il arrivait à supporter sereinement ce qu'il voyait dans son boulot d'urgentiste, alors maintenant !!!), et la chronique "Charb n'aime pas les gens" où je me retrouvais complètement !!! Et tous les dessins, car c'est surtout pour les images que je le voulais. Quand Titi rentrait du boulot aussi, je lui laissais le journal posé, il y jetait un oeil... je lui montrais les trucs qui m'avaient le plus amusé, lui parlait de la pub brocardée... Tout le monde était habitué à voir le journal posé sur la table...
Bon ben ce soir j'ai fait ça avec Le Canard Enchaîné... ça faisait longtemps. Je l'ai lu pendant des années, le Canard... ces années (d'avant internet) où je "cherchais les féministes", où je rentrais dans les librairies, où je ne trouvais RIEN dans les magazines "féminins" et je repartais invariablement avec Le Canard Enchaîné sous le bras. Je comprends que ça excite moins les fanatiques car il y a "de la lecture", un sens savoureux du jeu avec les mots, j'aime bien ça aussi... C'est bon quand même, et je me dis que je reprendrai le Canard en plus, régulièrement. En fait si je pouvais tout lire, je le ferais... c'est un manque de temps donc je vais à l'urgence et pour moi l'urgence vitale c'est de rire ou de sourire au moins avec des trucs qui tranchent un peu, c'est un de mes supports de vie. Là c'est dur, surtout la manière dont ça s'est passé... mercredi de merde... On nous saoûle avec les apprentis djihadistes. Je vois les militaires, je me dis que ces évènements vont susciter des vocations de militaires, et de caricaturistes aussi ;o)... bonne nuit, enfin si vous y arrivez ^^