lundi 19 mai 2014

loi "oui papa - oui chéri"...


"Loi famille" : n'oubliez pas les violences conjugales
de Françoise BRIE porte parole de la Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) et Suzy ROJTMAN co-porte parole du Collectif National pour les Droits des Femmes (CNDF)

Extrait "Les enfants déjà maltraités ou exposés, deviennent alors des instruments pour l’agresseur qui peut ainsi continuer à exercer une emprise et harceler très souvent en toute impunité l’ex-compagne, parfois durant des années. Les conséquences pour les enfants sont totalement ignorées. Ces situations complexes impliquent du temps, une expertise attentive pour des procédures juridiques où la médiation ne peut être invoquée.
Pour que l’intérêt de l’enfant soit respecté, il convient en premier lieu que les violences à leur encontre et à l’égard de leur mère cessent." (article à lire ICI...)


Une mobilisation est prévue ce soir à Paris devant l'Assemblée Nationale...

*  *  *

Perso, je fonde des espoirs sur le long terme, l'éducation, et le féminisme en fait énormément partie, c'est ce qui m'a amenée au féminisme que je cherchais depuis toujours.
J'espère que les femmes soient un jour suffisamment déconditionnées pour ne plus accepter de se lier à ce style d'homme contrôlant, jaloux, qui prend plaisir à détruire, se perçoit comme pourvoyeur, CHEF de famille, qui fait sa "petite loi" à la maison, considère la femme comme devant rester au foyer (sans fric on n'est rien dans cette société) et les enfants comme ses jouets ou son défouloir. Dans ces familles où la mère est l'alliée du père pour faire "tenir tranquille" les gosses, elle ne "voit" rien, ne "comprend" rien, quand, forcément, un jour ou l'autre, l'enfant donne des signes d'usure... parfois grave, enfant qui veut mourir, fugue, se met en danger, se blesse, et parfois met fin à ses jours. Elle a une certaine paix, quand le mari est au boulot et les gosses à l'école. Elle ne vit pas les contraintes (il est vrai épuisantes) de la double journée. Si elle est bien obéissante, et tant pis pour le reste, elle peut même jouir d'une paix relative au foyer, c'est toute la fable du loup et du chien... Ces mères-là n'ont aucun intérêt à divorcer puisqu'elles s'estiment bien sous domination masculine et tant pis pour les enfants... C'est ce genre de personne qui approuve la "loi famille"... pour moi une loi anti-divorce et anti-enfants. L'idéal serait bien sûr des humain-es qui ne vivent pas l'autre, y compris l'enfant, comme "une possession". (Cette note n'appelle pas forcément de commentaires).