mercredi 27 novembre 2013

les infos féministes du mercredi...

• RADIO : Le mercredi c'est Femmes Libres sur Radio Libertaire, de 18h30 à 20h30. Ce mercredi avec Kharla, "adoptée en colère et blogueuse" : http://adoption-terrain-mine.blogspot.fr/ - Sabreen Bint Loula et Moruni Turlot pour le documentaire "Celle qui meurt".
L’émission «Femmes Libres» du mercredi est
téléchargeable toute la semaine ICI • Le site internet de Radio Libertaire est ICI...


• De nouveaux autocollants féministes illustrés contre la publicité sexiste : ça fait toute une nouvelle gamme ! disponibles sur etsy.com ICI... 

• un film à voir : "Wajma, une fiancée afghane" - Sortie française aujourd'hui, critique et bande annonce dans Le Monde ICI...

• 25 nov contre les violences faites aux femmes : courtes vidéos pédagogiques en 7 langues pour mieux comprendre le dépôt de plainte, l'ordonnance de protection et la reprise de confiance en soi sur le blog de Libres Terres des Femmes ICI...

• Manifestation du 23 novembre 2013 contre les violences faites aux femmes / la prostitution, une nouvelle vidéo à signaler, celle des Effronté-es ICI...

• Pour saluer la mémoire de Lucien Neuwirth, dont on a appris la mort hier, "Lucien Neuwirth, député gaulliste de la Loire depuis 1958, n'hésite pas à s'attaquer à un tabou, en voulant abroger la loi de 1920 qui interdit toute propagande et toute utilisation des moyens de contraception."... Le Monde revient sur l'histoire et cet homme... La pilule quelle avancée pour notre autonomie, notre liberté et celle de nos filles ! Humaniste, il a aussi travaillé pour la prise en charge de la douleur, les soins palliatifs... lire ICI...

• Militer, se faire plaisir, créer du lien... bravo aux femmes d'Aubervilliers qui ré-affirment par la pratique leur droit à fréquenter simplement les cafés de leur ville ;o) Leur initiative sympathique ICI...

• 8 hommes rejugés en appel pour des viols collectifs à Fontenay-sous-Bois... lire ICI... (les féministes avaient manifesté leur colère après la clémence des verdicts et la manière dont les plaignantes avaient été traitées pendant le procès ; on observe aussi que de nombreux journalistes s'obstinent à nommer "tournantes" ces viols collectifs !)