jeudi 31 octobre 2013

On a des lumières, elles sont chez EDF (et oui ce sont des hommes !)…


Aujourd'hui réaction à une publicité vue/subie sur internet, il s'agit d'un spot ("EDF pulse, donnons l'impulsion au progrès") qui passe aussi à la télé… Vous pouvez le voir sur le site "Web télé d'EDF" ICI

Texte officiel accompagnant la vidéo : "à chaque époque son avancée. C'est ce que démontre la dernière pub d'EDF, où l'on voit des hommes et des femmes parler avec passion de leur travail à des interlocuteurs tantôt crédules, tantôt bluffés. Ces interlocuteurs, ce sont un peu chacun de nous. Les temps changent, mais pas l’envie d’innover pour le bien commun."

En résumé : ce sont en tout 4 hommes et 1 femme EDF, présentés l'un après l'autre dans une relation tête-à-tête avec un ou une "non EDF", 5 séquences qui s'enchaînent avec une progression dans le temps (le spot débute dans un café années '50 en noir et blanc et se termine par un échange webcam)…

Déroulé du spot :

1re séquence (13 secondes) : dans un café, un couple en tête à tête,
- un homme EDF s'adresse à une femme : "Voyez-vous Brigitte, j'éclairerai bientôt tout un village grâce aux marées !"
- Elle (rire) : "ah ah ah ah ! éclairer avec la mer… c'est vous qui me faites 'marer' mon petit Michel."

• 2e séquence (10 secondes): dans un café,
- une femme EDF s'adresse à un homme : "Je travaille à Electricité de France sur la prochaine centrale nucléaire."
- Lui : "et tu fais quoi, la décoration ?"
(le visage de la femme se ferme et elle part)

• 3e séquence (12 secondes) : (musique et danse)
- un homme EDF s'adresse à une femme : "les voitures bientôt seront électriques. J'y travaille. Plus de pollution, plus de bruit."
- Elle : "ah ouais ?… des voitures électriques ?…" (ton dépité, et elle part)

• 4e séquence (10 secondes) : (dans un café)
- un homme EDF s'adresse à une femme : "Mais je t'assure, tu pourras produire ton électricité toute seule, chez toi, je t'aiderai si tu veux."
- Elle (avec un léger accent étranger) : "Quels baratineurs ces Français !"

• 5e séquence (11 secondes) :
- un homme EDF s'adresse à sa femme (via webcam) "Tu sais que bientôt tu pourras voyager dans un avion qui sera complètement électrique et… j'y serai pas pour rien."
- Elle : "Whaouh… sinon t'as pensé à changer l'ampoule du salon ?"

• Voix off de conclusion : "les femmes et les hommes d'EDF ne cesseront jamais de croire au progrès…"

- "Ma" conclusion : ce spot montre 4 hommes et 1 femme ALIBI EDF, soit 80% d'hommes progressistes victimes de 80% de femmes à l'esprit buté qui ne croient ni en eux (les pôvres hommes éconduits), ni au progrès ou à l'avenir de la technique… C'est d'ailleurs sur une femme incapable de voir plus loin que "son salon" et de changer une ampoule (mais parfaitement capable de contrôler que son conjoint l'a bien fait) que se termine le spot… EDF : la grande clâsse !

*  *  *

Cette semaine, Gérard Biard parle d'un sujet approchant dans son excellente chronique "À BAS LA PUB" dans Charlie Hebdo. Intitulée "Blasphémateurs" elle critique une publicité Areva ("L'avenir pour énergie, c'est s'engager au service de la sûreté de 250 réacteurs dans le monde")

Extrait du texte de Charlie Hebdo : 

"Si la sécurité des centrales nucléaires était aussi performante que la communication d'Areva, on pourrait sans souci dormir tranquille, les doigts de pied en éventail, au bord des piscines de refroidissement. Mi-octobre [2013], le Journal du Dimanche annonçait que l'État et EDF envisageaient très sérieusement de prolonger de 10 ans la durée de vie des réacteurs nucléaires. Laquelle durée avait déjà été prolongée de 10 ans en 2003. Ce qui amènerait les tas de béton radioactifs à un âge respectable de 50 ans, alors qu'ils n'ont été prévus à l'origine que pour une durée de 30 ans… D'où inquiétude…" (suite à lire sur Charlie Hebdo papier, en plus cette semaine je le trouve particulièrement réussi ;o) le site du journal est ICI...)

*  *  *

Et si finalement, douter d'un progrès "façon EDF" était aujourd'hui preuve d'intelligence, de réalisme, d'adaptation au monde en pensant aux conséquences futures de nos choix d'aujourd'hui ?...