mercredi 5 décembre 2012

Les infos féministes du mercredi...


Sophia Aram par franceinter

- RADIO : Le mercredi c'est Femmes Libres sur Radio Libertaire, de 18h30 à 20h30. Ce mercredi avec Erika Flahaut, sociologue et maîtresse de conférence à l'université du Maine, pour son étude sur les nouvelles formes de solitude au féminin, "Une vie à soi" éditions PUR. L’émission «Femmes Libres» du mercredi est téléchargeable toute la semaine ICI • Le site internet de Radio Libertaire est ICI...  
 
- RADIO : une émission féministe sur France Inter, tous les vendredis matins de 9h10 à 10h, c'est "Les femmes, toute une histoire" de Stéphanie Duncan, le lien de l'émission et ses podcasts sont ICI...
 
- "Appel de Bruxelles : Victor Hugo aurait signé. Et vous ?"... à lire chez À dire d'elles ICI... (j'ai signé ;o) Pour signer en français c'est ICI... 

- Extrait de"À bas la pub" de Gérard Biard dans Charlie Hebdo… La semaine dernière "Publicitaires des cavernes"...
Extrait : "Pourquoi la publicité n'évolue-t-elle pas ? Pourquoi, bien qu'elle se gargarise de modernité, voire d'avant-gardisme, reste-t-elle sur le fond, à de rares exceptions, de la vulgaire réclame véhiculant les clichés les plus datés, les plus ringards, les plus sexistes ? (...)
On peut trouver un élément de réponse dans un film réalisé par l'agence portugaise Fuel, projeté au festival Eurobest, le "festival international de la créativité" qui se tient cette année les 28, 29 et 30 novembre à Lisbonne. 
Le but est de susciter des vocations et d'attirer de jeunes talents dans la pub. On y voit trois caricatures de bimbos barbotant dans un jacuzzi, prenant les poses les plus hot, lançant les regards les plus lascifs, se livrant à des petits jeux lourds de sous-entendus... On a droit à tous les clichés de la série Z sexy, depuis la fraise trempée dans le chocolat et croquée par une bouche forcément sensuelle jusqu'à l'inévitable bouchon de champagne qui saute, libérant des jets de liquide laiteux...
Voilà pour la "créativité", et voilà ce qui, aux yeux des publicitaires d'aujourd'hui, est censé séduire et attirer dans la carrière les Séguéla de demain. Une chose est certaine, si le film atteint le but recherché, il faut s'attendre à une nouvelle génération de créatifs tout aussi progressistes que leurs aînés..."