lundi 27 août 2012

Complémentarité des femmes : mais où est le problème ?

Les Tunisiennes refusent d'être «complémentaires» des hommes !
De nombreuses associations féministes dont Encore Féministes ont exprimé leur solidarité avec elles. Une mobilisation a eu lieu le 13 août en Tunisie et en soutien ailleurs… notamment en France.

- Suivre les infos de Tunisie avec le blog A tunisian girl ICI
- Voir un article du Parisien avec vidéo "Tunisie les femmes dans la rue pour défendre leurs droits" ICI... :
- Sur TV5 Monde avec une vidéo "Menace sur les droits des femmes en Tunisie" ICI... :  
- Évocation de l'athlète tunisienne  Habiba  Ghribi  (médaille  d’argent,  3000m  steeple),  vêtue  de  la  tenue  strictement  sportive  conforme  à  la  règle,  qui  a  offert  sa  médaille  à  tout  le  peuple  tunisien  et  à  toutes  les  femmes  tunisiennes,  au  moment  même  où,  sous  la  pression  des  islamistes,  l’Assemblée  Nationale  Constituante,  abandonnait  le  principe  d’égalité  entre  les  hommes  et  les  femmes  »  soulignent  la  Ligue  du  droit  international  des  femmes  et  la  Coordination  française  pour  le  lobby  européen  des  femmes  dans  un  communiqué  diffusé  le  12  août... (lire ICI...)

Les religieux de tous poils alliés aux politiques sont vraiment les moteurs "en arrière toutes" pour les droits des femmes. Même le clergé catholique français en est encore à cette idée de "complémentarité" dans le couple, qui n'assure pas l'autonomie des femmes, et donc nous place en dépendance. Les plus anciennes ont connu l'obéissance dans le mariage, le droit au travail suspendu légalement à l'autorisation du mari, l'interdiction d'ouvrir un compte bancaire... 

En Tunisie ça y est, les machos religieux sont arrivés au sommet du pouvoir et peuvent maintenant essayer d'inscrire l'inégalité dans la loi en la parant du mot "complémentarité". Les femmes sont les premières à en pâtir et à devoir verser leurs énergies dans la lutte ! Avec celles et ceux, progressistes, qui les soutiennent...